Warteliste/liste d’attente

Dans le Berliner Morgenpost du 23 mars 2014 , consacré à la liste d’attente des 2000 personnes, dont 222 enfants souhaitant s’inscrire à l’école de musique de Friedrihshain-Kreuzberg, Ina Finger, la directrice  dit, non sans humour, que cela lui faisait penser au délai de livraison des « Trabbis », la petite voiture « made in DDR ». Tous les candidats à l’achat de la petite voiture socialiste à deux temps n’étaient pas assurés d’en acquérir une aprés de longues années d’attente!

Il en est ainsi dans l’arrondissement de Friedrichshain-Kreuzberg, ou  la demande pour commencer le violon a explosé sous l’effet « David Garret », rockstar du violon, à tel point que l’on parle de la « David Garret Warteliste » (liste d’attente « David Garret »! Cette « violinomania », conjuguée avec le manque d’heures, pose bien des problèmes à l’équipe de direction, Ina Finger et Ulrike Philippi. Elles font donc connaitre d’autres instruments de la famille des cordes tels l’alto, le violoncelle ou la contrebasse; autre orientation possible vers les vents tels la flûte traversière ou le saxophone pour lesquels des brochures spéciales ont été réalisées.

En l’attente d’une place, pas d’autre possibilité que les écoles privés ou les cours particuliers. Bernadette et Moritz, deux élèves violonistes ont eu beaucoup de chance de choisir le violon avant la vague « David Garett ». Ils ont eux-mêmes bénéficié d’un traitement de star avec séance photo et audition dans la belle annexe de la Zelle Strasse 12.

Warteliste 1

Les inscriptions dans les écoles de musique peuvent se faire à tout moment l’année, soit en se rendant à l’école de musique, par téléphone ou sur le site web de l’école de musique: vous remplissez alors un formulaire et vous êtes automatiquement enregistré et contacté pour un rendez-vous dès qu’une place se libère dans l’instrument ou la formation choisis. L’inscription donne lieu à la signature d’un contrat, avec une période d’essai de 12 cours pouvant donner lieu à rétractation. Les cours se déroulent sur 39 semaines. Le contrat est renouvelé tacitement.

A l’école de musique de l’arrondissement de Friedrischshain-Kreuzberg,  les tarifs vont de 18-euros par mois pour un cours de groupe enfant-parent, à 84-euros mensuels pour une heure de cours individuel mensuel. Pour les cours d’instrument, toutes les variantes sont possibles: cours individuel de 30, 45 minutes ou 1 heure, cours de groupe jusqu’à trois participants (50,40-euros pour une heure), cours de groupe à partir de quatre participants (25,20-euros pour une heure). Les matières complémetaires telles la formation de l’oreille ou l’analyse sont facultatives et coûtent de 18 à 27-euros en fonction de la durée. Les familles défavorisées peuvent bénéficier de tarifs sociaux: les Rmistes, personnes en aide sociale, boursiers, chômeurs, « mini jobs », bénéficient de réductions après étude de leur dossier.

En 2012, pour les douze arrondissements de Berlin, sur un budget de 34.886.787€, les recettes émanant des cotisations des familles  s’élevaient à 18.372.836€, soit près de 53% (à titre de comparaison, le taux de couverture était en 2010 de 12%  pour la collectivité parisienne). Revers de la médaille, ce fort taux de couverture est rendu possible par le recours massif aux freie Mitarbeiter (l’équivalent de nos professeurs vacataires). Le salaire moyen pour un plein temps d’environ 25 heures d’enseignement hebdomadaires est, selon le syndicat ver.di de 1044-euros, à tel point que certains professeurs sont obligés d’avoir un job pendant les vacances pendant lesquelles ils ne sont pas payés: caisse de supermarché ou vélo-taxi!

Les listes d’attentes ne sont pas prêtes de se tarir si l’on en croit Jana Borkhamp , conseillère municipale du parti des Grünen (les Verts), en baskets rouges sur la photo.

DSC02989

« La question du personnel est un thème difficile… Les professeurs sont mal payés et 90% sont rémunérés sur honoraires ». Sans oublier le manque flagrant de personnel administratif et les nombreux burn-out qui en découlent.

A Berlin (où les limite d’âge n’existent pas) comme à Paris, la demande des habitants en matière de pratique artistique est forte et le nombre de place dans les écoles de musique limitées pour des raisons de moyens.  Le modèle berlinois d’inscriptions a le mérite d’être accessible à tout moment de l’année, mais n’offre pas de garantie de trouver une place, d’autant plus dans les disciplines très demandées. En revanche, la diversité des offres individuelles ou collectives, offrent davantage de chances d’intégrer une école de musique et de s’y épanouir en fonction de son projet. Pour nous en convaincre, regardons cette vidéo de l’ensemble pop rock de l’école de musique de Friedrischshain-Kreuzberg sous la direction du saxophoniste Dirk Engelhardt.

Si vous voulez en savoir plus sur le modèle berlinois, rendez-vous ce samedi à 17 heures au conservatoire Darius Milhaud, 26, rue Mouton-Duvernet pur une rencontre-débat sur le sujet, à l’invitation de l’association des Parents d’Élèves du conservatoire du quatorzième arrondissement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s